Mécanisation et concentration de l'activité industrielle

Atouts intérieurs et extérieurs

L'activité verrière

Les pionniers de l'industrie allemande

Le chemin de fer


Dès le XVIIIe siècle, on utilise des machines à vapeur pour l’exhaure des eaux au Borinage et en Basse-Sambre. Les inventions des anglais Newcomen (pompe – 1706) et Watt (machine à piston – 1774) se répandent très vite. Le charbon de terre remplace le charbon de bois; dès lors, la proximité de la forêt s’impose moins que celle des veines de houille. Petit à petit, avec la mécanisation, le sillon Haine-Sambre-Meuse-Vesdre concentre l’essentiel de l’activité économique industrielle. Cet axe va prendre un poids démesuré après 1830. L’installation du premier haut fourneau au coke par John Cockerill, à Seraing, en 1824, donne le coup de grâce aux forges rurales.

L’initiation aux progrès techniques et scientifiques de la Révolution industrielle anglaise en est l’étape préparatoire. Ensuite, la transformation de la société française issue de la Révolution de 1789-1799 joue de manière positive pour les entrepreneurs grâce à la loi Le Chapelier et aux capitaux provenant de la confiscation des biens du clergé. Vient s’y greffer l’insertion du pays wallon dans un vaste marché continental, protégé depuis le rattachement à la République puis à l’Empire, renforcé encore par le blocus continental contre l’Angleterre et par la guerre qui permet à l’industrie d’armement de s’épanouir. Nos atouts intérieurs ne sont pas moindres : accroissement démographique grâce à la qualité de notre agriculture, progrès de l’infrastructure depuis l’Ancien Régime, mais aussi et surtout création d’un réseau de chemin de fer, à l’initiative de la bourgeoisie qui a pris le pouvoir à Bruxelles, en 1830... C’est aussi à Bruxelles que se concentrera le système bancaire qui contrôle de plus en plus l’industrie wallonne au moyen de participations financières, notamment.

Au XIXe siècle, le verre wallon envahit les marchés mondiaux; l’habileté légendaire de la main-d’œuvre, transmise d’une génération à l’autre, n’est pas étrangère à sa prospérité et à sa renommée internationale. Mais la crise qui éclate à partir de 1870 provoque une immigration importante des maîtres verriers vers l’Amérique, surtout en Pennsylvanie. Charleroi, Floreffe, Jeannette (son complexe industriel et son centre urbain construits en moins d’un an), sont des noms de villes américaines qui attestent de cette présence. Le savoir-faire verrier gagna également le pays du Soleil levant : les professionnels de Glaverbel ont cédé, dans les années 1950, des licences aux producteurs japonais et les ont accompagnées techniquement.

Les Wallons sont aussi les pionniers de l’industrie allemande; ingénieurs et industriels, accompagnés d’ouvriers d’élite, révèlent leur savoir-faire technique, créent une industrie moderne et pallient le sous-développement industriel allemand du début du XIXe siècle : Cockerill, Talbot, Goffard, Daelen, Gobiet, Piedbœuf sont quelques-uns de ces pionniers wallons, sans oublier les van der Zypen qui donnèrent naissance à l’une des plus grandes entreprises de fabrication de wagons en Europe. Au delà de la sidérurgie, les pionniers développent aussi leurs activités dans le textile, la tannerie et l’industrie chimique.

Symbole de l’ouverture sur le monde, le chemin de fer rapproche les peuples et favorise le développement industriel. Georges Nagelmackers (1845-1905) crée la Compagnie internationale de Wagons-lits et les légendaires Orient-Express (Paris - Constantinople) ainsi que Nord-Express (Paris - Saint-Pétersbourg). Edouard Empain (1852-1929) construit et exploite de nombreuses sociétés de tramways et de trains dans le monde mais se signale surtout par son projet gigantesque qui dote Paris du Métropolitain. Jean Jadot (1862-1932), ancien employé du groupe Empain, construit la ligne Pékin-Hankéou puis, au Congo, il organise l’infrastructure du pays: routes, écoles, chemin de fer, hôpitaux. Au XIXe siècle, le pays wallon apparaît comme la deuxième région industrielle du monde, proportionnellement à sa population et à sa superficie. Ce sont des industries clés qui vont dynamiser cette mutation profonde des structures de la société.